Les CFF ont changé les conditions de ventes des cartes journalières en imposant aux communes une limitation de vente à ses habitants et à ceux des communes voisines. La vente à ces personnes ne couvrant qu’environ 30 % du prix d’achat, le Conseil municipal a décidé de ne plus vendre les cartes journalières. L’exécutif communal regrette la décision des CFF car ce service était très apprécié par la population.